Contact

Collections BIBLE+ORIENT

Université Miséricorde

Bureau MIS 6114

Av. de l‘Europe 20

CH-1700 Fribourg

 

Administrateur exécutif

Dr. Andreas Dorn

+41 26 3007359

collections@unifr.ch

 

Responsable de collections

Leonardo Pajarola

+41 26 3009000

collections@unifr.ch

Origine/Signification
Pourquoi collectioner?

Collection de beaux objets

Depuis l'époque paléo-lithique (1'100'000 - 300'000 av. J.-C.) l'homme ne recueille pas uniquement des provisions de nourriture, mais il collectionne également des outils (p.ex. des coups-de-poign). Ce dernier phénomène est déterminé par la fascination qu'exercent les objets - ce à quoi s'ajoute le fait que les personnes qui les collectionnent gagnent en prestige au niveau social et magique. Ce prestige du collectionneur est encore vivant de nos jours - notamment dans les musées d'art ; pour un musée BIBLE+ORIENT cela n'a qu'une valeur secondaire.


Collection de reliques

Depuis le néolithique (10e – 6e millénaire av. J.-C.) les hommes collectionnent des vestiges du corps humain (p.ex. des crânes), les décorent et en font ainsi des objets du culte des ancêtres à travers lequel le passé est rendu présent (une sorte de machine à remonter le temps). Dans le temple de Jérusalem on trouvait des objets des temps passés : une crûche remplie de manne (cf. Ex 16,32-34), le bâton d'Aaron (cf. Nb 17,16-25) et, bien évidemment, les tables de la Loi (cf. Ex 25,16.21 ; 40,20 ; Dt 10,5 ; 1 R 8,9). Le christianisme connaît le culte de reliques. Un musée BIBLE+ORIENT avec des originaux doit déclencher un processus semblable.


Collection de documents

La tendance à documenter une culture est relativement récente. Cette documentation n'est possible qu'avec des originaux qui démontrent ce qui existait réellement. En l'occurence les matériaux, la téchnique de production, le style et les motifs peuvent être examinés par les méthodes d'analyse actuelles et futures. Le début des fouilles scientifiques en Palestine ne remonte qu'à 1890. Une partie seulement des antiquités excavées depuis provient de fouilles officielles contrôlées et leur publication est partielle ; une bonne partie des objets découverts n'a jamais été publiée. Une partie encore plus grande a vu le jour lors de fouilles non-contrôlées ; les objets issus de telles fouilles arrivent souvent entre les mains d'un particulier et sont ainsi perdus pour le monde scientifique. Un musée BIBLE+ORIENT a la tâche de les sauver pour la science moyennant le rescue buying (par analogie aux rescue escavations ) - afin de dessiner ainsi pour la génération actuelle une image établie d'après l'état de la recherche le plus récent.


Donner une chance aux images

L'exploration de la Bible et de son monde est jusqu'à aujourd'hui dominée par la préponderance de la Parole de Dieu. Cependant - de façon consciente ou inconsciente - notre pensée est aussi très fortement marquée par des images. Toute personne étudiant l'Ancien Orient de près est amenée à constater que les images sont présentes partout, même en Israël. Dans ce pays relativement pauvre, elles se présentent surtout sous forme d'art miniature. Des recherches effectuées ces dernières années au Département d'Etudes Bibliques de l'Université de Fribourg ont démontré que de nombreux textes bibliques ne peuvent être compris correctement qu'à partir d'une connaissance du monde iconographique ambiant. C'est dans ce sens que les collections BIBLE+ORIENT contribuent au souci de donner une "chance aux images". Chercheurs et chercheuses sont invités à venir les étudier à Fribourg ; les expositions ont pour but d'ouvrir à un public large le monde si riche du symbolisme iconographique de l'Ancien Orient et son importance pour la compréhension de la Bible.

 

Code de déontologie

Le Museé BIBLE+ORIENT s’engage à reconnaître la définition du musée proposée par l’ICOM et à respecter le Code de déontologie de l’ICOM.

 


Code de déontologie pour les musées (PDF)